Le CrocoDeal du moment : -56%
PANDA Lit enfant cabane brut – ...
Voir le deal
99 €

Mordaneus Nalandar

Aller en bas

Mordaneus Nalandar  Empty Mordaneus Nalandar

Message par Waleran le Jeu 22 Nov - 18:10

Mordaneus Nalandar dit Mortarion l'apôtre du crane
Mordaneus Nalandar  Roublard01

Nom du compte joueur: Azguiglibou
Nom du perso
: Mordaneus Nalandar

Race: Humain

Age: trentaine d'année. Né a Eauprofonde 1352, selon le calendrier des Vaux.

Alignement: Neutre Mauvais

Religion: Cyric l'Universel

Domaine : Mal, Duperie

classe(s): Roublard/pretre
Arme de prédilection/domaines/école de magie:
Armes : Mensonge (une lame rasoir)
Domaines : Mal/Duperie
Ecole : Une préférance Nécromancie et de l'Évocation Divine.

Trait de Caractère:
Paranoïaque
Psychotique
Rancunier
Indigne de Confiance
Sanguinaire
Mais horriblement intelligent.

Description physique:
Homme d'une trentaine d'année, avec un regard satisfait, et parfois empreint de folie furieuse.
Il a perdu un prétend avoir perdu un œil qui est bien valide derrière son bandeau.
Son visage est camoufler par un masque mortuaire représentant son Dieu lors des réunions.

Caractéristiques
Force 11
Dextérité 12
Constitution 13
Intelligence 14
Sagesse 16
Charisme 10

Langues parlées
Commun, Nécromantique, Abyssal
Il porte une armure sombre au reflet pourpre, richement ornée de décoration argentée.
Sa lame a a plus d'une fois provoquer la mort


Prologue

« Noire, mon âme est noire, noire comme le Soleil qui se lève à l’horizon. Ne le voient-ils pas ? Eux les hérétiques. Ils ne connaissent pas la vérité, ils ne voient pas cette lumière divine qui les appelle dans le lointain. Pourquoi ne les touches-tu pas Seigneur ? Ô Unique, ils sont aveuglés par leurs fausses divinités, et chaque jour de leur existence impie est un nouveau blasphème à ta gloire.
Ô Seigneur du Meurtre, laisse moi être ta main, laisse moi être ton serviteur. Vois en moi ta Volonté, je ferais couler le sang des paiens dans ta plus grande gloire, et le sacrifice des fourbes étendra à jamais ta domination.
Je suis ton serviteur, je suis Ta Volonté Noire.

Gloire, Ô Unique, Princes de tous les Mensonges, Seigneur du Meurtre.
Gloire, Cyric ! »

[...]




Chapitre I - Jeunesse d'un voleur
La vie de voleur n'est pas facile, évidemment non. Mais elle est tellement plus aisé que celle des ces bourgeois peureux.

Quand on a vécu et grandit dans les rues de d'Eauprofonde, depuis le rejet de votre père et la mort de votre mère, pour survivre, il faut agir par facilité.
Et c’est ce que faisait Mordaneus , piètre petit voleur d'eauprofonde. Car ici, tout le monde était riche, ou presque.
Eauprofonde était sur la cote d'épée, ville considéré comme un joyaux par les gens du nord et débordant de richesse et de mystere, et tout les riches bourgeois venaient ici pour conclure des affaires.
C’est si facile d’être un voleur, pourtant, tout à l’air à la portée de la main de celui qui a de l’argent. Ils en ont tant… peut-être pourrait-on leur en prendre un peu ? Qui s’en plaindrait, ils ont tant d’argent.


Prendre de l’argent a ses bourgeois, quoi de plus simple ? Il suffit de savoir mendier ou voler.
On peut leur raconter des histoires, leur mentir.
« Mon père est mourant, ma mère est seul à s’occuper de ma sœur, violer par des orques »
Ces gens sont prêts à tout pour se donner bonne conscience. 1 pièce.. 2 pièces de bronze. A chaque fois, leur cœur recouvert par leur esprit plein de profit émerge, et dans leur grande bonté, ils sortent leur bourse, bombant le torse et montrant bien la pièce qu’il vont placer dans votre main.
Être généreux et bon, cela s’achète avec par pitié des gens de nos jours.

Mais c’est tellement plus facile de leur prendre l’argent pas la force.
D’une auberge à une autre, d’une ruelle à une taverne… planté leur une lame sous la gorge ou dans le dos, et ces bourgeois peureux vous offrirons leur fortune tout entière.
« Votre Bourse ou votre vie messire, et ne faites pas un choix héroïque, car cela pourrait être le dernier.
- Tenez, prenez-là, mais laissez moi »
Combien de fois ai-je entendu cette phrase ? Combien d’argent ai-je gagné ? cinq ? dix pièces d’or à chaque larcin ?
Et ces bourgeois peureux… Quand retentissent les premiers « au voleur ! » je suis déjà si loin.
C’est tellement plus facile de prendre leur bourse de force, plutôt que d’attendre qu’ils daignent bien vous regarder dans la rue.

En la vivant ainsi, la vie d’un voleur est aisé. Tout était tellement facile pour Mordaneus… simple petit voleur d'Eauprofonde. Les voleurs n’étaient jamais attrapé. Les autorités avaient d’autre chats à fouetter, et les bourgeois n’avaient rien à faire non plus des 10 pauvres pièces d’or qu’ils ont perdu… dans les prochaines heures, ils en gagneraient cent… mille ?
« Je veux, je prends.. et je n’ai même pas d’ennui.. c’est tellement simple. »

De Bourgeois en bourgeois, d’auberge en auberge. Tout était si simple jusqu’à ce jour.
Voilà qu’un bourgeois à l’aspect très riche, plus riche que les autres se promènent dans une ruelle. Est-il fou ? Veut-il mourir ?
Si je le déchargeai un peu de son or, il pourrait courir plus vite au cas ou quelqu’un voudrait le tuer.
« Votre Bourse ou votre vie messire. » De nouveau cette phrase. Cependant

« Jamais un prêtre de Tyr ne se laissera détrousser par un simple voleur. Ayez le courage de votre acte, et subissez le courroux des Dieux ! ou alors rendez vous sur le champs, il n’y a aucun échappatoire »
Non.. il n’a pas peur.. comment se fait-il ? Que faire ? Il ne veut pas donner son argent, que faire. Maintenant, le prêtre hurlait pour appeler les gardes.
« A la garde, on me détrousse, venez occire ce malandrin ! A la.. »
Ce geste ? un réflexe ? Je ne sais pas… sa gorge ? il saigne… il est mort… un meurtrier dites-vous ?
La lame de la dague de Mordaneus avait tranché la gorge du prêtre.
Non, Mordaneus simple petit voleur d'Eauprofonde, un meurtrier.
Petit voleur, qu’as-tu fait là ?
Il lâcha la dague et courut.

Les gardes aux armoiries de la ville accourraient et ils questionnaient tout. Le vol était une chose.. mais un meurtre, tout une autre, et il ne laisserait pas passé un meurtre comme un petit larcin.
Mais personne n’avait rien vu, la nuit pensez vous - juste une ombre, une illusion - Et Mordaneus avait vu la même chose que les autres, une ombre une illusion, ou peut-être… peut-être cet homme là-bas ? Oui, il m’a menacé si je parlais, je l’ai vu !
Cet homme ? il a été pendu pour le meurtre d’un prêtre de Tyr et par la faute de Mordaneus alors qu’il était innocent, enfin peut-être.. qui l’est de nos jours ?
Il avait sûrement quelque chose à se reprocher, on l’a tous. Et le voilà mort, pour un crime qu’il n’a pas commis, mais payant ainsi tout ce qu’il a fait, ou aurait pu faire.

Tout était si facile quand on est un voleur, mais quand on est un meurtrier, il faut fuir. Partir loin très loin de la ville qui nous a vu grandir.
Et quand on est en fuite, la folie vous ronge, tout le monde vous cherche, cet homme ? cet femme ? il me regarde, il m’a reconnu, sait-il ce que j’ai fait ? Il le savent tous, je dois partir, loin très loin.
A Athkatla . La ville est grande, nul ne me trouvera là-bas.


Dernière édition par Waleran le Jeu 22 Nov - 19:04, édité 1 fois
Waleran
Waleran
Drow aracnophobe
Drow aracnophobe

Messages : 297
Date d'inscription : 08/05/2009
Age : 29
Localisation : Dans la salle d'orgie

Revenir en haut Aller en bas

Mordaneus Nalandar  Empty Re: Mordaneus Nalandar

Message par Waleran le Jeu 22 Nov - 18:46

Chapitre 2 - Une vie de Meurtre


Mordaneus Nalandar  Assassin03

Athkatla, pays Amn, puissante ville marchande. Ville dangereuse, une ville de mensonge et d’hypocrisie.Mentir aux gens, c’est si facile, tous tombent dans le piège, ils sont si naïfs, si faible. Plus le mensonge est gros, plus il est incroyable, et plus ils le croient. Sont-ils fous ?

Voleur, une vie dangereuse. Fugitif, meurtrier, que devrais-je en dire ? Les voleurs indépendants ne sont pas les bienvenus à Amn, je l’ai vite compris, car mes larcins m’ont attiré plus d’ennuis qu’ils ne m’ont apportés de richesse. Mais là n’est pas le pire.

Le pire, c’est leur regard, les yeux des passants. Je le vois bien, dans leurs petits yeux perfides. Ils savent, ils savent tout. Comment ? Qui leur a dit… Nul ne peut le savoir, car un autre avait été accusé à ma place. Reprend toi Mordaneus, nul ne peut t’accuser de ce meurtre car nul ne sait que c’est toi. Un meurtre parfait, non, pas un meurtre, un accident, je ne voulais pas le tuer. Mais le voilà mort désormais ce prêtre, et il l’a bien mérité. Il n’avait qu’à pas me menacer, je n’avais rien fait de mal. Mais le voilà mort, je ne le voulais pas.

Quelle est donc cette sensation, pourquoi m’observent-ils tous alors ? Et eux, me suivent-ils pourquoi ? Non, arrête Mordaneus, ils ne te suivent, tu t’imagines que c’est le cas, tu penses qu’ils savent ce que tu as fait, mais non, ils ne peuvent pas savoir.
Mais ils le suivaient vraiment, lui le petit voleur d'Eauprofonde, lui le meurtrier.

[…]

Ils se sont présentés à moi comme les envoyés des Voleurs de L'Ombre. Ils voulaient me tuer ? Non, m’enrôler, ils voulaient m’enrôler. Mais alors pourquoi, pourquoi ai-je fait ça ?
Ma dague sur le sol, mes mains… pleine de sang. Et les corps, sur le sol. Qu’ai-je ?
Pourquoi les ai-je tuer, ils ne me voulaient pas de mal, je ne voulais pas les tuer. Mais ils m’ont suivi, ils m’ont menacé, il méritent leur mort, je décide qui doit vivre ou mourir, et eux devait mourir.

Meurtrier, me voilà à nouveau un meurtrier, mais cette fois je ne fuirais pas, car je suis la volonté, je décide de leur mort.
Nul ne posera ses yeux perfides sur moi sans en payer les conséquences.

Un, deux, douze morts. L’ont-ils mérités, non certes pas. Mais jamais ils n’auraient dû me regarder ainsi, j’ai bien vu dans leur regard qu’ils savaient, mais que savaient-ils ? Rien du tout. Mais je ne peux les laisser en vie, ils doivent mourir, tous sans exception.

Je veux le tuer. Pourquoi ? Je ne me pose même plus la question, car de toute manière, il est déjà mort.
Leur argent, je n’en veux point, leurs biens, je ne les désire pas.
Les tuer pour le simple fait de le faire, et que d’autres soit accuser à ma place, peut m’importe, je ne suis qu’un petit voleur. Je n’ai rien fait.
Si, tu l’as fait Mordaneus, tu les as tué, tous sans exception, tu as leur sang sur les mains, mais je ne le voulais pas, je ne voulais pas les tuer, mais je l’ai fait, j’ai leur sang sur les mains.
Pourquoi ?

Et les morts s’ajoutaient les uns aux autres, et toujours un autre était accusé à sa place. Ils sont si naïfs, ils sont aveugles à la vérité, même lorsque cette vérité est devant eux, ils sont faibles. Ils sont inutiles, ils doivent mourir.

Mais eux, ces personnes pleines de lumières pleines de pureté, ils me font vomir, ces paladins.
Parangon de vertu, j’en ris.
Eux aussi vont mourir. Mais ma dague ne traverse pas leur armure, ils me poursuivent dans les ruelles, hurlant justice, châtiment.

Pourquoi souhaitent-ils te tuer Mordaneus ? Tu n’as rien fait. Non, je suis innocent, à moins que cela soit moi qui ait tué tout ces gens, car quand je regarde mes mains, je vois encore le sang de mes victimes.
Je mérite de mourir, voilà ce qu’ils disent a lors qu’ils me coincent dans cette impasse. Ils lèvent une main au ciel, priant leur dieu fou, aussi aveugle qu’eux.
Mais lorsque je ferme les yeux, alors que la mort va s’abattre sur moi, j’entends leur hurlement d’effroi et de douleur, j’entends leurs cris de souffrance.

Et lorsque je les rouvre, il est là, cet homme vêtu de noir, suivi par quelques hommes armés portant cet étendard.
Qui sont-ils donc.

Il ses dressaient devant Mordaneus, ceux la même qui le mènerait à son destin, un destin de meurtre et de mensonge. Ce sera si facile, que j’en ris encore.


Mordaneus Nalandar  Cyric


Dernière édition par Waleran le Dim 25 Nov - 19:16, édité 1 fois
Waleran
Waleran
Drow aracnophobe
Drow aracnophobe

Messages : 297
Date d'inscription : 08/05/2009
Age : 29
Localisation : Dans la salle d'orgie

Revenir en haut Aller en bas

Mordaneus Nalandar  Empty Re: Mordaneus Nalandar

Message par Waleran le Jeu 22 Nov - 19:17

Mordaneus Nalandar  Manshoon

Aux environs de 1368, L'année de la Bannière ; selon le Calendrier des Vaux.


« Ô Tout Puissant Cyric, Seigneur du Meurtre, toi Visage sous le Masque, chaque jour que tu feras je te prierai toujours avec la même dévotion.
Ô Prince des Mensonges, loué soit ton nom, loués soient tes biens heureux fidèles, Seigneur Suprême, toi qui est le Tout, j’invoque ton nom ! CYRIC ! »


La nuit tombait, et dans les lueurs de la lune, nul ne pouvait deviner la présence des deux édifices, masqué par les arbres, et pourtant, chacun d’eux étaient magnifiques, le symbole même de la toute puissance du vrai dieu.
En leur sommet, elle arborait le saint Symbole de l’Unique, le Soleil Sombre, et des orbites sans yeux, l’Unique semblait scruté l’horizon, en quête de son avènement proche.

Novice des Voix de Cyric, parole du tout puissant maître du Multivers , Mordaneus était devenu cela. Le fidèle adepte depuis toujours, mais qui s’ignorait.
« Toi qui ne vit que par le meurtre et le mensonge, toi qui fait couler le sang des infidèles, toi qui répand le désespoir, tu ne sais même pas qui tu sers ?
Suis-moi, entends mes paroles et ouvre les yeux à la vérité que le Tout t’offre, tu apprendras à le servir avec dévotion, ou tu mourras dans des souffrances que nul autre n’aura ressentit avant toi. »

Tel furent les paroles de l’homme qui le sauva jadis à Athkatla, tel furent les paroles de l’homme qui le mena au temple dans les Iles Nélanthères.

Dans les grottes sur la cote, les couloirs firent résonner les hurlements provenant de la chapelle où se déroulaient alors l’office.
« Ô prince des mensonges, Seigneur du Meurtre. Accepte l’âme de cette païenne qui accepte de mourir en ton nom ! »
Acceptait-elle vraiment de mourir ? Peu importait à l’Unique, peu importait à ses fidèles. La femme hurlait, pleurait, implorait, mais ses cris de terreur ne faisaient naître que des sourires sur les visages des croyants.
Meurs, meurs, meurs, meurs !! Mwhahaha !!
La dague plongea dans le thorax de la femme, broyant les côtes, arrachant le sternum de l’hérétique pendant que les chants résonnaient dans la chapelle. Les hurlements de la femme se faisaient plus stridents, puis ‘interrompirent lorsque Le Crane présenta le cœur de la chienne aux éclairés, le sang coulant le long de son bras, et éclaboussant son masque en forme de crâne.
« Voyez, fils du mensonge, la source de l’hérésie des infidèles, leur sang n’est qu’un blasphème, leur vie n’est qu’une hérésie. Purifions-les, purifions leurs âmes, apportons leur la rédemption par la mort !
Gloire, Ô Puissant Cyric, Seigneur du Meurtre. Gloire Prince des Mensonge, Eternelle Eclipse. »


L’avènement de Cyric était proche, il était à porter de mains des vrais croyants, et son règne dureraient éternellement.
Le crâne Vigilant l’annonçait à ses fidèles, la bataille finale aurait lieu à l’est, à Château-Zenthil, Cyric en avait décidé ainsi.

Mais les mois passèrent, et l’année du Gantelet prit la place de l’Année de la Bannière, et bien que les fidèles de Cyric fussent toujours craints par les paiens, les rumeurs dans les couloirs parvinrent aux oreilles de Mordaneus. Château-Zenthil avait été détruite, le fils de l’Imposteur avait été libéré, Fzoul de Cyric avait trahi !
Les plans de notre Seigneur, réduit à néant par sa Folie.
« Ô Cyric, Ô Visage sous le Masque »

Le chaos que le clergé avait toujours fait répandre gangréna progressivement l’Eglise, et même certains éclairés s’arrachèrent les yeux pour se tourner vers le fils Imposteur., redevenant tout aussi aveugles que les paiens.
« Morts aux infidèles ! »

Et le sang coulera, les faibles et les traîtres seront sacrifiés au nom de l'Unique. Ceux qui s'éloigne de la vraie foi seront puni.
La mort, leur seule rédemption.
Waleran
Waleran
Drow aracnophobe
Drow aracnophobe

Messages : 297
Date d'inscription : 08/05/2009
Age : 29
Localisation : Dans la salle d'orgie

Revenir en haut Aller en bas

Mordaneus Nalandar  Empty Re: Mordaneus Nalandar

Message par Waleran le Jeu 22 Nov - 19:33

Mordaneus Nalandar  I_didn__t_lose_my_mind____by_smashingsaturnine

Chapitre 4 - En terre hérétique


« Ô Seigneur du Meurtre, vois le sang des infidèles couler le long des lames des croyants, vois comment les éclairés répandent ta gloire, vois comment les infidèles te craignent et nous implore de les épargner, vois comment nos tranchant pénètre leur cou pour leur ôter leur vie paienne, qui insulte chaque jour ta gloire.

Ô Puissant Seigneur du Meurtre, je t’invoque. CYRIC ! »



1372, année de la magie sauvage, selon le calendrier des Vaux.


Par une nuit plus noire que les autres, tous les fidèles du fils Imposteurs eurent une vision de leur dieu, dont le corps se brisa en deux, laissant apparaître un corps immense, nappé de flamme verte.

Mordaneus Nalandar  Baine1

L’Imposteur était de retour, et à Château-Zenthil, les vrais croyants eurent le choix entre la conversion et la mort.
Nombres des fidèles fuirent vers l’ouest.
« Ô Puissant Seigneur, vois les lâches qui reculent face à ce faux-dieu… face à cette Imposteur. Ô Unique, Prince de tous les Mensonges. »
Et d’autres chacals immondes, au lieu de la fuite décidèrent de se convertir à celui qu’ils priaient auparavant.
« Les immondes infidèles, c’est la mort qui les attends, chacals immondes, vermines sans but. La vengeance de l’Unique vous plongera dans un tourment éternelle. »



de 1372, année de la magie sauvage, à nos jours.

Comme la gangrène, le culte de l’Imposteur s’étendit dans le Multivers, depuis cette pustule qui avait vu renaître le fourbe, Château-Zenthil. Le domaine du Mensonge, que l’Unique dominait d’une main de fer, par le meurtre et le mensonge, s’amenuisait, laissant place aux séides et aux reliques de l’Imposteurs. Là où de saint sanctuaires devaient croire le jour, les pierres noirs du tyran immonde souillaient les terres maudites.


Le grand pretre de notre apparut aux fidèles en haut de la falaise surplombant notre chapelle
« O Puissant Seigneur du Meurtre, aucun de tes fidèles ne restera plus longtemps terré tant que les fidèles de l’Imposteur demeureront là où nous devrions répandre la crainte de ton nom.
Fils et Filles du Mensonges, serviteurs du meurtre, voix de Sa Volonté, partez purifier les terres païennes, faites couler le sang des hérétiques, apportez la rédemption aux infidèles. »

Le bateau partit des iles Nélantheres, dominée par les pirates, et pour des semaines de voyage vers la ville de Padhiver ville de Tyr..

Les fidèles de l’Unique, prêtres, Epéistes, Chevaliers de la Discorde partaient, sous la domination du Maître Noir. Mordaneus l’observa souvent durant la traversée, ce chien galeux, ce fourbe immonde.
« Ô Princes des Mensonges, comment as-tu pu choisir cette vermine pour diriger le clergé, comment as-tu pu nommer ce chien à la tête de l’Eglise.
Je prédits sa mort, Prince du Mensonges. »


Son âme ne lui appartenait plus de puis longtemps, fou à lier, inconscient, le Maître Noir pénétra sur la place de Maladys, en conquérant, faisant fi des du pouvoirs des hérétiques et de la puissance favorable des clergés des faux dieux.

Il voulut répandre la crainte, tel le puissant serviteur d l’Unique, s’inspirant d’une crainte que les hérétiques et les infidèles n’avaient plus depuis des lunes. Et la prédiction de Mordaneus se réalisa.
Les hérétiques suivirent le Maître Noir dans une ruelle, terrassèrent les Chevaliers de la Discorde qui l’accompagnait, et exécutèrent le fou qui osa croire que le pouvoir lui était acquis.

La nouvelle fut accueilli avec effroi par au temple des Iles Nélanthère. Se pouvait-il que le saint clergé n’ai plus vocation d’être en ces terres païennes ? Les vrais croyant ne devaient-ils pas apporter la vérité aux infidèles ?
Certaines voix y crurent, mettant fin à leur vie, mais Mordaneus n’était pas de ceux-là. Il n’y voyait pas une défaite, mais une opportunité que lui offrait l’Unique.

« Ô Puissant Seigneur, je suivrai le chemin que tu traces pour moi. J’accomplirai ta Volonté. Gloire, Cyric ! »

Une lutte de pouvoir aurait vite lieu dans le temple, une lutte pour la domination du clergé, mais les premiers meurtres furent initié par Mordaneus, qui soufflait aux oreilles de ses « alliés » d’agir pour accéder au poste suprême.
Quelle folie de le croire.
« Ils sont tous faibles, et idiots. Puissant Seigneur, je suis le seul digne de te servir.»

Et lorsqu’il ne resta qu’une poignée de prêtres, exsangues après les combats et les complots qu’ils avaient subits. Mordaneus marcha au milieu d’eux, imposant une soumission complète aux survivants. Trahir s’était échouer, et l’échec c’était la mort. Gloire à l’Unique !

« Je ne suis plus Mordaneus Nalandar, je ne suis plus une voix de l’Unique. Je suis son Apôtre Noir, je suis la parole et la pensée de l’Unique, prosternez vous devant moi comme se prosterneront bientôt les infidèles devant nous. Gloire à l’Unique, loué soit son nom. Unique, je t’invoque. CYRIC ! »

Les semaines qui suivirent ne firent aucunement parler du clergé de Cyric, car L'Apôtre avait entendu les mots de Cyric, et il devait accomplir Sa Volonté.
« Trouve une ile qui vit par le mensonge et la terreur, trouve l'ile rouge, l'ile ou la peur et le sang régissent le pouvoir. »
Il acheva les autres prêtres une nuits de pleine lune afin d'avoir les sacrifice requis pour lui donner la force
Mordaneus erra plusieurs années dans Faerun , et il l’aperçu enfin, l'ile qui tomba parmi les ombres..

« Gloire puissant Seigneur du Meurtre. Guide mon âme tourmentée vers la lumière divine, fais de cette iles le nid des vrai croyants qui demeure au fond de sa plebe. Elle sera le berceau de notre futur pouvoir »


Ainsi se termine la vie de Mordaneus jusqu'à sa rencontre avec l'ile maudite de Siannodel
Waleran
Waleran
Drow aracnophobe
Drow aracnophobe

Messages : 297
Date d'inscription : 08/05/2009
Age : 29
Localisation : Dans la salle d'orgie

Revenir en haut Aller en bas

Mordaneus Nalandar  Empty Re: Mordaneus Nalandar

Message par Nalacka le Dim 25 Nov - 21:32

Validé
Nalacka
Nalacka
Grand Manitou
Grand Manitou

Messages : 300
Date d'inscription : 06/05/2009

Revenir en haut Aller en bas

Mordaneus Nalandar  Empty Re: Mordaneus Nalandar

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum